Saint-Ignat

logo du site
  • Saint-Ignat

Accueil du site > Tourisme > Patrimoine local

Patrimoine local

Le recensement du patrimoine de la commune de saint Ignat a été réalisé par Mlle BERTHET Noémie,

stagiaire à la communauté de commune d’Ennezat

MASTER 2 Gestion des collectivités territoriales parcours Droit du patrimoine historique et culturel

Mai-Juin 2009

Un travail conséquent d’analyse d’archives avait été réalisé il y a quelques années par M. CHEMINAT Antoine . C’est grâce à lui que nous disposons de toutes ces informations sur la commune de Saint Ignat.

PRESENTATION ET HISTORIQUE DE LA COMMUNE

Situation :

Saint Ignat est une commune située au nord du Puy de Dôme (région Auvergne) et traversée sur toute sa longueur par une rivière : la Morge.

La commune est construite sur une grande partie des marais qui recouvraient la Limagne.

Toponymie : Le nom de Saint Ignat vient d’Ignatus, évêque d’Antioche, martyr au IIe siècle.

Histoire de la commune : Petit fief dans lequel quelques maisons de serfs se blotissaient contre le château à l’époque féodale, Saint Ignat a été construit en étoile. Etoile à sept branches partant du centre et se dirigeant vers chacun des hameaux voisins : Surat, Les Martres-sur-Morge, Champeyroux, Villeneuve l’Abbé, Buxerolles, Maringues et Tyrande. Certains de ces chemins sont devenus des routes départementales, d’autres ont été supprimés par les remembrements. Il y a deux siècles, Saint Ignat devient chef lieu de la commune, étant le village le plus central du territoire formé par Surat, Champeyroux, Villeneuve l’Abbé, Buxerolles, la Côte rouge et Tirande. La seigneurie de Saint Ignat resta dans la famille Vernet jusqu’en 1445, date du mariage de son héritière avec Léonnet de Vassel. Puis, elle connut plusieurs changements de propriétaires. En 1530, elle passa entre les mains d’Amable de Cériers, bourgeois de Riom et seigneur de Palerne et suivit jusqu’en 1789 le sort de cette dernière seigneurie. Il exista un château à Saint Ignat, mais il n’en subsiste rien. Au Sud du village, sur la Morge, il y avait une autre seigneurie, celle de Buxerolles. C’est une possession des Montgâcon, jusqu’au mariage de l’héritière en 1279 avec Robert VI d’Auvergne. En 1389, Marie d’Auvergne épousa Bertrand VI de la Tour d’Auvergne ; ses descendants conserveront Buxerolles jusqu’en 1789.



Site réalisé avec la solution Web-collectivités de l'ADeP basée sur SPIP